Betclic signe un accord de parrainage avec l’Olympique de Marseille

Le bookmaker français Betclic a confirmé qu’il allait parrainer l’Olympique de Marseille. La société – qui offre à tous les utilisateurs un bonus gratuit de 20 euros – a  l’intention d’apparaître sur les shirts des footballeurs français avant la libéralisation du marché des jeux et paris en ligne en France.

Selon egamingReview, BetClic et l’Olympique de Marseille ont un investisseur commun, le groupe Louis Dreyfus, l’un des plus grands groupes de négoce de matières premières du monde, comparable à Glencore ou Trafigura.

La FFF interdit aux Bleus de parier

Le 29 avril, l’hebdomadaire Le Point a révélé que la Fédération Française de Football avait interdit tout pari sportif aux Bleus, ainsi qu’à leur entourage pendant la Coupe du Monde de football. La FFF a pris cette décision afin d’éviter tout risque de tricherie. Toutefois, l’équipe de France est la seule équipe participant au Mondial à être soumise à une telle interdiction.

Les joueurs de l’équipe de France seront donc les seuls footballeurs soumis à cette interdiction, car ni l’UEFA, ni la Fifa n’ont introduit dans leurs règlements cette incompatibilité. En pratique, la situation va se passer comme suit: lors du match avec l’Uruguay le 11 juin, les joueurs uruguayens pourront parier sur les sites de paris en ligne, mais les joueurs français ne pourront pas le faire.

La FFF pense que le manque d’harmonisation internationale des règles en matière de paris sportifs conduit à des situations assez dangereuses et que les instances sportives devraient prendre en compte ce nouveau élément, en suivant l’exemple de la Fédération internationale de tennis, qui interdit à ses membres de parier « directement ou indirectement » sur un match de tennis.

Cet élément se retrouve par exemple dans la résolution sur la nécessité de préserver « le modèle sportif européen » du Conseil de l’Europe. Cette instance européenne s’est emparé de la question de l’éthique sportive, en constatant que les fraudes ont augmenté ces dernières années. Le but serait d’avancer l’idée d’un délit pénal de fraude sportive.

Les paris sportifs et les sports

En France, les fédérations sportives élaborent actuellement des propositions qu’elles adresseront à l’Arjel, une fois la loi promulguée. L’Arjel va réglementer les phases de jeu et les éléments de score sur lesquels il sera possible de parier en direct afin d’autoriser que ceux qui auront un impact sur le résultat final. On va ainsi exclure tous les éléments négatifs du jeu et donc tous les paris sur les éléments trop manipulables.

En outre, la Fédération française d’équitation envisage d’exclure les épreuves notées comme la voltige ou le dressage et le concours complet sera également banni. Au tennis, il y a aussi des éléments de jeu qui posent de problèmes, tels que le nombre de « lobs » ou de « passing-shots » et qui seront ainsi exclus de la liste de paris. Il y a même des sports comme la gym et le patinage artistique qui ne seront pas sur la liste des bookmakers.

Puisque seules les fédérations sportives pourront proclamer les résultats des compétitions, les sites de paris devront les attendre pour payer les parieurs. Les transactions financières entre les bookmakers et les joueurs dépendent ainsi des résultats proclamés par les fédérations sportives et non des résultats officiels des matchs.

Les sociétés de paris doivent payer pour utiliser des listes de matchs de football

Les sociétés de paris et les journaux devront payer pour utiliser et publier les listes de matchs de football. La Haute Cour de la Grande-Bretagne a jugé le 23 avril que ces listes étaient protégées par la loi sur le droit d’auteur. La Première Ligue anglaise et quatre autres organismes ont porté plainte contre les entreprises, y compris la filiale britannique de Yahoo Inc. en ce qui concerne l’utilisation non autorisée des matchs.

La Cour européenne de justice a statué en 2004 contre la protection des calendriers des matchs, mais la Haute Cour est d’accord avec la Première Ligue anglaise que le travail pour le calendrier des matchs est suffisant pour justifier la protection en vertu de la loi du droit d’auteur.

Les inquiétudes de ceux qui planifient les matchs incluent notamment la prévention que les équipes de la même ville jouent à la maison le même jour, les exigences des télévisions, mais aussi le maintien de nombreuses dates libres pour permettre le déroulement des compétitions européennes et internationales.

Le juge Christopher Floyd a affirmé: « Le processus de préparation des listes de matchs de football implique un travail très important et des compétences afin de satisfaire la multitude de besoins des personnes impliquées. La qualité des solutions dépend en partie de l’habileté de ceux qui sont impliqués. »

Les paris en ligne – augmentation de 22%

On peut nous faire une autre idée sur le potentiel du marché français des paris en ligne, puisque le PMU a publié ses derniers résultats, montrant une augmentation de 22% dans les paris en ligne, soit  661 millions d’euros pour l’année 2009.

Le chiffre peut être relativement faible par rapport au chiffre d’affaires global du PMU, qui a été en légère hausse à 9,3 milliards d’euros. Toutefois, il est un indicateur utile des possibilités intrinsèques dans un marché de jeux de hasard en ligne libéralisé.

Le bénéfice global du groupe a chuté de près de 1% à 731 millions d’euros en 2009, en reflétant une hausse des coûts associés aux projets, tels que sa chaîne de courses hippiques Equidia. Le PDG du PMU, Philippe Germond a décrit les résultats comme « satisfaisants », compte tenu de l’économie française et du « montant misé sur les opérateurs illégaux. » Il a ajouté: « L’objectif est de faire pmu.fr l’un des trois meilleurs sites français de paris sportifs. »

Un rapport publié début avril montre que le gouvernement français a reçu 1,1 milliard d’euros en impôt sur le revenu sur l’année 2009 seul de la part du PMU. En outre, on révèle que PMU envisage d’entrer sur le secteur des paris à cote fixe et celui du poker en ligne en juin, après la libéralisation effective du marché. En préparation pour une telle éventualité, la société a conclu des partenariats avec les groupes britanniques de paris sur Internet PaddyPower, Orbis et Party Gaming.